BUDGET SUR LA PRIME RÉNOV EN 2022

Le Gouvernement vient de présenter son projet de budget pour l’année 2022.

Désormais c’est plus une surprise, c’est officiel. MaPrimeRénov, qui est la principale aide publique destinée aux ménages engageant des travaux de rénovation énergétique sera reconduite en 2022.

A l’issue du conseil de défense écologique du lundi 17 juillet, la ministre en charge du logement, Emmanuelle Wargon, a annoncé l’augmentation du budget pour la rénovation énergétique des logements.

Le projet de loi de finances pour 2022, présenté ce mercredi en conseil de ministres, pérennise son financement à une hauteur de 2milliards d’euros pour l’année 2022.

La subvention est ouverte pour tout le monde c’est-à-dire aux bailleurs et copropriétaires.

Cette prime à rencontrer un succès inattendu : Une cible initiale de 400.000 dossiers a été validés cette année et a été atteint au mois d’août.

L’aide devait permettre de financer près de 800.000 projets de rénovation d’ici la fin de cette année.

Pour les Français le message est clair : n’hésitez pas à effectuer vos travaux de rénovation nous vous soutiendrons.

De son coté, le gouvernement rappelle que MaPrimeRénov’ comporte depuis cette année un forfait rénovation globale un bonus énergisant pour les aides les plus gros chantiers, et que le programme habiter de l’Anah accompagne les ménages modestes dans leurs projets de rénovations par bouquets de travaux.

En effet, il faut renforcer l’efficacité du dispositif en signalisant vers les rénovations générant plus d’économies d’énergie et des habitations plus écologiques.

Toutefois il ne ferme pas définitivement la porte à quelques ajustements. Les paramètres de MaPrimeRénov’ ne sont pas encore fixés, nous les préciserons ultérieurement.

Des amendements viendront très certainement nourrir les débats ay cours de l’examen du texte à l’assemblé nationale, qui débutera le 5 octobre.

La ministre de l’Écologie, a mis en avant d’autres mesures déjà annoncées la veille par le gouvernement dans le prolongement des recommandations de la convention citoyenne pour le climat.

Un prochain décret va ainsi préciser le seuil de consommation d’énergie au-delà duquel un logement n’est plus considéré comme « décent ».

Concrètement, à partir de 2023 un locataire pourrait forcer son propriétaire à engager des travaux si le logement consomme plus de 500kwh par mètre carré et par an.

Cela concernerait environ 120.000 logements, selon le gouvernement.

 

RSS
contact@2air.fr
LinkedIn
LinkedIn
Share
Instagram
WhatsApp