La rénovation énergétique, le métier d’aujourd’hui et de demain , vers la création de nouveau service public

L’avenir du secteur de la rénovation énergétique s’écrira pas tout seul.

A l’horizon de 2030, 2000 emplois seront créés pour attendre le nombre maximal de la rénovation énergétique, et économie d’énergie.

Les années à venir ne vont inverser cette tendance et les chantiers concerneront donc en priorité ce qui touche à l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments entre autres :

  • Isolation intérieure et extérieure
  • Toiture et Fenêtres

Ces dix dernières années la rénovation énergétique des bâtiments fait l’objet d’une attention croissante des gouvernements successifs qui ont, chacun à leur tour ordonner et organisé cette politique publique au fur et à mesure de la monté croissante de la demande sociétale vers les habitats et locaux professionnels plus confortables et sobres en énergie.

Le constat est désormais connu de tous : le secteur du bâtiment est le secteur économique le plus énergivore et le deuxième secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre.

Ainsi, atteindre les objectifs et engagements en matière de lutte contre le changement climatique.

En matière de construction neuve, il s’agira de renforcer progressivement les réglementations successives et la future réglementation environnementale (RE 2020) qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2022 et permettra ce nouveau saut qualitatif.

Mais le rythme fiable de renouvellement du parc impose que l’essentiel de l’action pour lutter contre le changement climatique porte sur la dynamique de la rénovation du parc, qu’il s’agisse du parc résidentiel comme du parc tertiaire.

C’est pourquoi lois et dispositifs divers se sont succédés sur le champ de la rénovation énergétique. Malgré cette implication résolue des acteurs de la filière et des territoires, le changement d’échelle, tant du côté du nombre de rénovations que des gains énergétiques constatés peine à se confirmer.

La rénovation énergétique des bâtiments est donc assurément aujourd’hui une politique publique organisée, pilotée et financée. Encore plus dans le champ résidentiel, pour assurer le changement d’échelle.

la politique de rénovation replace le bénéficiaire final au cœur du dispositif.

C’est pourquoi un grand nombre d’actions d’amélioration du parcours de l’usager dans la rénovation énergétique de son logement a été d’ores et déjà entrepris et la ministre du logement souhaite désormais aller plus loin .

En initiant une transformation autour d’un service public de rénovation de l’habitat, embrassant toutes ses composantes car le logement est avant tout la clé d’entrée dans ce parcours.

La proposition est multifonction :

  • Des aides adaptées comme MaPrimeRénov’
  • Un accompagnement renforcé par des techniciens spécialisés

 

RSS
contact@2air.fr
LinkedIn
LinkedIn
Share
Instagram
WhatsApp